Vente privée à ne pas manquer

Aujourd’hui, c’est avec Lauren de Vente vintage que j’avais rendez-vous dans un cadre on ne peut plus intimiste et d’un luxe raffiné : l’Hôtel Tremoille, près du Carré d’or parisien (pour les moins averties d’entre vous, il s’agit de l’avenue Montaigne et de ses rues attenantes).

Cela fait deux ans maintenant que cette jeune fille dynamique de 24 ans a crée ce concept de vente ultrapivée intitulé « Vente Vintage » se déroulant dans des cadres intimistes et lieux d’exception parisiens. D’abord dans des appartements privées, puis, depuis quelques temps, à l’Hotel Tremoille où la vente se déroule dans une suite (la classe… si vous vous sentez pas privilégiée avec ça, il n’y a plus rien à faire pour vous).

Cette jeune styliste, travaillant essentiellement à Genève, a conclu des « pactes » (non, pas un pacte version Faust où elle y laisserait son âme) avec les plus grandes marques de la place parisienne afin de vous faire bénéficier, durant ces ventes ultra privées, de réductions allant jusqu’à 40%.

Vous êtes en train de vous dire « elle est gentille Noon, mais elle propose quoi Lauren à cette vente ultra privée ? » Minute papillon ! Je vole… On retrouve des produits pour tous les goûts, tous les styles, et surtout, tous les budgets : robes et sacs Alexander Wang, chaussures Christian Louboutin, sacs Chanel, Yves Saint Laurent, Missoni, Maison Michel, Bottega Venetta… bref… je crois que vous avez compris.
Cependant, je voudrai m’arrêter sur THE produit en particulier et petite perle parmi les collections présentées : il s’agit de Converses cloutées by  Demo (dont les cerveaux instigateurs de cette création ne sont autres que Morgane Bedel – la cousine de Lauren – et Deborah Weinberger).

Converses basses : 130€
Converses hautes : 155€

J’avoue avoir littéralement craqué sur ces Converses cloutées qu’on ne peut avoir qu’en passant commande et présentes à de nombreuses reprises lors des ventes privées de Lauren.
Pour l’instant vous avez le choix entre les basses ou les montantes et dans trois coloris différents : noir, bleu marine, ou gris.
Elles sont superbes n’est-ce pas ? Pour ma part, j’ai une préférence pour les converses cloutées basses grises qui sont juste sublimissimes
Alors pour l’instant, on profite qu’elles en soient à leurs premières œuvres et on court les commander avant que tout le monde en ait à ses pieds :
Deborah : 06 59 49 47 98
Morgane : 06 20 98 84 41
Si vous n’êtes pas des grandes patientes (ne vous inquiétez pas, je ne le suis pas non plus), courrez plutôt à la vente ultra privée de Lauren qui a lieu à l’Hôtel Tremoille de 11h à 19h.
VENTE VINTAGE
Hôtel Tremoille
14 rue de la Trémoille
75008 PARIS
Vendredi 23 et samedi 24 Octobre de 11h à 19h
Encore un grand merci à Lauren d’avoir accepté de me rencontrer et, franchement, allez faire un tour du côté de l’Hôtel Trémoille. Vous avez deux jours pour ça et donc aucune excuse de la ratée !!

Edit :

« Lauren (hier soir à plus de 23h) : Mais t’as oublié mes super bracelets. Ils sont en vente eux aussi.
Moi : oups. « 






Erreur réparée. Ils sont juste géniaux d’ailleurs ces bracelets. En fait, il s’agit de lanières en daim tressés et mêlés à des perles d’argent. 
J’avoue que, depuis que j’en ai un, je le porte tout le temps. 

 » Lauren (midi, Hôtel Trémoille) : tu vas prendre des photos des lieux ? Non mais parce qu’hier rien n’était installé. 
Moi : T’inquiète, je gère. J’avais prévu mon appareil photo pour l’occasion et je réediterai mon article pour présenter la vente correctement ». 

Et voilà…

 
 
Encore merci à Lauren 😉




Beauté des mains

J’ai beaucoup de mal à apprécier mes mains : quelconques, déformées par mes années de violon, des ongles mous… Voilà ce que je pensais il y a encore quelques temps. A vrai dire, j’y pense encore de temps en temps en éternelle insatisfaite que je suis…
Aujourd’hui, j’ai décidé de vous faire partager un secret de beauté naturel et facile à réaliser chez soi…

Savez-vous comment fortifiez des ongles ? Les blanchir ? Voilà toutes les questions que je me posais il y a encore quelques temps, jusqu’au jour où j’ai commencé à m’informer sur la beauté des mains étant donné que je n’avais pas envie de mettre les pieds dans un institut de beauté, de payer une fortune pour un résultat éventuellement satisfaisant. J’avais déjà vu le cas d’amies étant allées faire des soins en institut et se retrouvant quelques jours plus tard avec des ongles cassants parce que la manucure avait été mal faite.
Puis, ma mère m’a ramené un livre : La beauté à l’ancienne, recettes d’hier pour femmes d’aujourd’hui, par Josette Rousselet-Blanc (aux éditions Michel Lafon).

Ce qui est intéressant dans ce livre, c’est que l’auteur nous détaille la signification de chaque partie du corps. Ainsi, les ongles sont synonymes de « séduction » et traduisent notre état de santé.
Du coup, il est facile de se demander si les ongles mous ou cassants sont signes d’un manque de calcium (idée très répandue), ce à quoi l’auteur répond par la négative « La dureté de l’ongle vient de la forte concentration en soufre de la kératine, le calcium n’y est pas pour grand-chose« , elle poursuit « Quand ils se fragilisent ou se dédoublent c’est le plus souvent parce qu’ils sont déshydratés« .
Pour parer à ces carences, Josette Rousselet-Blanc nous livre des recettes naturelles (je rappelle que depuis quelques années, on ne peut plus dire « recettes de grand-mère » à cause d’une loi européenne car nos chers députés européens considèrent que cela relève plus du mysticisme que d’une recette chimique et testée par nos scientifiques, donc, pour eux, inefficace… bref…).
Fière d’avoir trouvé ce livre et ces recettes, dites à « l’ancienne », j’ai testé pendant plus d’une année, l’une d’entre elle.
Comme je vous l’ai dit un peu plus haut, mes ongles ont des tendances « molles »… Afin de les « durcir », j’ai essayé une recette facile et 100% bio.

Pour avoir des ongles « fermes » , il vous faut :

1 jus de citron

1 bol d’eau chaude (attention à ce que cela ne soit pas trop chaud, il vaut mieux que l’eau en question soit tiède).
Mélangez dans un bol d’eau chaude, le jus d’un citron. Laissez baigner vos ongles pendant au moins 10 minutes.
Faites-le au moins une fois par semaine, puis une fois par mois.
Résultat : je peux vous assurer que ça marche ! Un vrai petit miracle pas cher et facile à faire chez soi.

Prenez le temps chez vous de prendre soins de vos mains, cela aura des vertues relaxantes car, pendant ce temps, vous êtes libres de penser à autres choses que les tracas quotidiens.
Entre le « bain » de vos ongles et le limage de ces derniers, veillez à ce qu’il y ait un temps de séchage. En effet, il ne faut jamais les limer lorsqu’ils sont mouillés.
Dernier petit conseil : n’utilisez pas de limes en acier. Ces dernières ont plus pour effets d’abîmer vos ongles que d’en prendre soin. Vous pouvez opter pour des limes en carton-aimeri.
Pour ma part, j’ai une préférence pour les limes en verre, que l’on retrouve notamment chez Sephora (8,50€).

La déferlante UNIQLO

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de mes péripéties parisiennes de samedi dernier…
Je vous en avais parlé il y a quelques temps, le magasin UNIQLO a ouvert sur une surface assez étendue, un nouveau magasin parisien en face des Galeries Lafayette (juste à côté du Lafayette maison pour être précise). J’avais, dans un premier temps, déjà loupé l’ouverture du magasin le 1er octobre à midi alors que je crapahutais dans la zone outlet du Val d’Europe (c’est mon côté tête en l’air que voulez-vous).
Sûre de moi, j’étais retournée au lieu dit une semaine plus tard alors que j’avais un cours de japonais sur la capitale, rue Chateaudun. Fière d’être arrivée jusqu’aux portes et sûre de moi, j’ai voulu entrer directement dans UNIQLO lorsque je m’étais aperçue que, finalement, une file d’attente s’était formée à l’extérieure, dans le froid matinal. Finalement, j’avais rebroussé chemin.

C’est le week-end dernier que je me suis jetée à l’eau (ou plutôt dans la foule) à une heure bien matinale (soit 9h du matin, lorsque tous les magasins sont fermés et, bien entendu, qu’il fait un froid polaire).
Fière de moi, je me suis approchée des portes et j’ai attendu l’heure fatidique d’ouverture des portes du magasin japonais.
Tout à mon iPhone que j’étais (il fallait bien que je m’occupe pendant près d’une heure), je me suis tout de même aperçue que la masse s’était fortement agrandie et que, parmi nous, on pouvait trouver, notamment des japonais (comme s’ils ne pouvaient pas profiter de UNIQLO au Japon).

L’heure fatidique arrivant, les portes se sont ouvertes et… ce fut une catastrophe internationale entre cris et les maintes mains essayant de pousser pour se frayer un chemin vers l’entrée promise.

Difficile à croire que, finalement, l’ouverture de UNIQLO crée une telle frénésie… bref…
A peine arrivée, on vous délivre déjà des paniers, sûrs qu’ils sont que vous allez faire des achats.
Il faut dire que la campagne de presse fut monstrueusement bien menée, le plus impressionnant étant la sortie du RER A à la station Auber, décorée pour l’occasion, aux couleurs de UNIQLO et des nombreuses affiches ornant l’escalator. Les prix annoncés ont aussi fait mouche. Et pour cause, des jeans annoncés au prix de 9,90€ alors même que les jeans japonais sont réputés être d’aussi bonne qualité qu’un Levi’s. Que dire des pulls en cachemire au prix de 39,90€. A ce prix là, on se damnerait.
Ces pour toutes ces raisons que je m’étais déplacée, de même que les gens dans la queue immense qui se dirigea alors à l’intérieur du magasin.
Vous voulez sûrement savoir la fin de l’histoire ? Folie et folitude se sont retrouvées pour me faire tourner en rond dans un brouhaha infernal et de commentaires assassins visant à atteindre le but recherché : l’étal cachemire&Co ! Je n’ai jamais vu un stand être dévalisé en moins de dix minutes, et ce fut pourtant le cas.
Pour finir, vous vous demandez sûrement si, finalement, ça vaut le coup d’aller là-bas alors voici quelques conseils si vous voulez bravez le froid pour faire une apparition dans l’antre de la mode nippone :
allez-y en semaine, je suis persuadée qu’il doit y avoir moins de monde.
allez farfouiller au quatre coins du magasin parce que vous avez de tout et à tous les étages, notamment des jeans chauffants !! (en ce froid polaire, je me demande si je ne vais pas me laisser tenter par la bête…) Mais aussi des hauts (t-shirts, caracots, … ) dont la matière est faite pour conserver la chaleur (la première qui teste me laisse un mot parce que je suis curieuse… ). Vous trouverez aussi des écharpes en laine ou en cachemire, des étoles, des gants, des chapeaux, des cache-oreilles nippons, des doudounes et autres vêtements chauds pour l’hiver qui sont d’actualité vu le froid qui s’est abattu sur la métropole.
Dernier conseil : même si vous n’êtes pas tentée d’acheter, allez-y faire un tour parce que ça vaut tout de même le détour, malgré le monde qui se presse aux portes de UNIQLO. D’autant plus que les prix attractifs vont finir par s’évaporer prochainement puisqu’il s’agissait de prix d’ouverture… 
Alors… vous avez prévu de faire quoi ce week-end ?
INFORMATIONS
UNIQLO PARIS OPERA
17 rue Scribe
75009 Paris
Tél : 01.58.18.30.55
Lundi au mercredie : 10h – 20h
Jeudi : 10h – 21h
Vendredi au samedi : 10h – 20h

Pour en savoir plus sur Uniqlo : www.ykone.com